L'Exil et le royaume

Du 2 août au 2 septembre 2020

EXPOSITION

Des terres brutes et polies, des signes mystérieux, des figures énigmatiques, des traces évanescentes… Les oeuvres de l’exposition « L’Exil et le royaume » évoquent, tantôt avec simplicité, tantôt avec fantaisie, une céramique première et essentielle. Celle qui parle des mythes – autobiographiques ou universels – des origines, d’une histoire lointaine dont les artistes se font l’écho à travers leur travail. Christine Fabre, Alain Kieffer, Magali Satgé et Yun-Jung Song nous embarquent dans une exploration introspective, la recherche du royaume – là où la vie prend tout son sens – dont nous serions tous les exilés.

Christine-Fabre-galerie-terra-viva-10
Christine-Fabre-galerie-terra-viva-12

Si sa sculpture demeure un voyage à travers le temps et l’espace, Christine Fabre s’engage, ces dernières années, dans la voie d’oeuvres de plus en plus intimes. Ici la douceur des formes et des nuances de la terre – du gris perlé à l’ocre – nous renvoie à une quête mémorielle, à un cheminement patient. Imperceptiblement naissent de ses sculptures les signes d’une tendresse oubliée et retrouvée, bras tendus, corps enlacés, rondeur d’un ventre, coquillage entrouvert sur le mystère…

Alain-Kieffer-galerie-terra-viva-5
Alain-Kieffer-galerie-terra-viva-3

Avec une forme de légèreté revendiquée, Alain Kieffer créé des sculptures figuratives où s’entrecroisent maintes références culturelles. De cette démarche en partie autobiographique, naviguant en toute liberté du baroque de l’Italie du Sud aux totems des contrées nordiques, naissent des figures animistes, au caractère familier et exotique tout à la fois. Y explosent la puissance de la nature, la singulière beauté des corps tatoués, la connexion aux forces célestes, la spiritualité de toutes civilisations… dans une approche touchante d’humanité.

Yung-Un-Song-galerie-terra-viva-2
Yung-Un-Song-galerie-terra-viva-1

Yun-Jung Song poursuit l’exploration de ses origines à travers ses oeuvres empreintes des mythes et légendes de son enfance. Histoire familiale, songes et contes se mêlent dans ses sculptures centrées sur l’humain mais peuplées d’arbres et d’animaux. Ces compositions fantastiques, arborescentes, délaissent aujourd’hui le blanc de la porcelaine pour une texture plus brute, qui souligne le travail graphique de l’artiste et la thématique du déracinement. Ses visions énigmatiques nous parlent d’enfance et de mémoire, de nostalgie et de solitude.

Magali-Satge-galerie-terra-viva-1
Magali-Satge-galerie-terra-viva-3

Le travail de Magali Satgé se nourrit d’une connaissance approfondie des civilisations anciennes et extra-européennes, conquise au fil de ses nombreuses interventions dans les musées nationaux. Entre l’art de l’Extrême-Orient et celui du monde arabe, côtoyé de près à l’école céramique du Fayoum en Egypte, Magali Satgé a développé un style d’un sobre raffinement, aux matières évoquant les sables du désert et leurs couleurs chaudes, naturelles. L’élégance de ses grands pots rencontre aujourd’hui la distinction de ses longilignes silhouettes hiératiques.

Infos pratiques

Août et septembre : ouvert tous les jours, du lundi au dimanche, de 10h à 13h et de 14h30 à 19h.